08/12/2006

Mémoires d'étudiants de l'IEFS

Voici le début d'une suite de présentation de mémoires d'étudiants de l'IEFS.  Certains d'entre eux pourraient faire l'objet d'une présentation au prochain séminaire de l'ADES.

 

Université Catholique de Louvain-La-Neuve

Institut d’Etudes de la Famille et de la Sexualité

                                                                                                                                             Session de juin 2006

 

L’enfant victime d’abus sexuel face à l’épreuve du judiciaire

 

 

Promoteur : M. Baruffol                                    Mémoire présenté en vue de l’obtention du grade de licenciée en sciences de la famille et de la sexualité par Audrey Boclinville

 

 

                Un enfant, lorsqu’il est entendu comme victime présumée ou comme témoin dans le cadre d’une enquête pénale pour faits de mœurs, peut vivre une épreuve très pénible. Ce mémoire a pour objectif de décrire et d’analyser les procédures mises en place pour optimaliser la recherche de la vérité tout en réduisant au maximum les conséquences traumatiques pour l’enfant.

 

Dans un premier temps, nous décrivons les notions d’abus sexuel, nous découvrons quel sens peut être donné à la déclaration d’un enfant confronté de près ou de loin à l’abus sexuel. Nous nous centrons ensuite sur l’intervenant qui est confronté à cette déclaration, sur sa formation et sur les mécanismes psychologiques auxquels il est soumis. Ensuite, nous nous penchons sur les facteurs de crédibilité qui déterminent la véracité de la déclaration de l’enfant abusé. Nous développons les différentes approches diagnostiques utilisées par les experts désignés pour rendre un avis sur la fiabilité du récit de l’enfant. Nous découvrons enfin la procédure d’analyse de validité de la déclaration (SVA) mise au point par plusieurs chercheurs (Undeutch, Koehnken, Steller, Raskin, Esplin, Yuille).

 

Une deuxième partie s’ouvre sur l’analyse de 20 auditions judiciaires d’enfants témoins ou présumés victimes d’abus sexuel ayant été entièrement retranscrites et analysées par un expert selon la méthode SVA. A travers le récit de ces enfants et l’étude de ces données, nous avons essayé de mettre en lumière les différents éléments principaux issus du récit de l’enfant par rapport à l’abus, de la situation d’audition et enfin, du rapport d’expertise; les dimensions sociales, juridiques et psychologiques sont abordées. La place qui est donnée à l’enfant dans cette procédure judiciaire est analysée. Les constats que nous en avons dégagés ne sont certainement pas univoques ni définitifs, le nombre de cas étudiés étant certainement trop restreint. Toutefois, les résultats montrent que l’enfant exposé à une situation d’audition vidéofilmée et assujetti à une expertise psychologique est entendu dans sa singularité. L’analyse de ces cas illustre tous les pièges dans lesquels peut tomber l’enquêteur au cours de l’audition, notamment en raison du malaise lié à l’évocation d’une sexualité adulte avec l’enfant. Dans cette évaluation de la crédibilité du récit de l’enfant, l’expert utilise d’autres outils qui apportent une complémentarité à l’analyse SVA. La procédure SVA tend à objectiver les dires de l’enfant mais reste tributaire de l’analyse interrelationnelle de sa situation afin que l’enfant ne devienne lui-même “objet d’expertise”.

 

22:45 Écrit par Michel Amand dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

sociologue et sexologue Je me demandais si les enquêteurs en question avaient reçus une formation spécialisée et s'ils participaient à des groupes de supervision pour gérer le stress de cette situation.

Écrit par : Colette Jadot | 22/01/2007

Les commentaires sont fermés.